Violentomètre spécial confinement + Kit de survie

Le nombre d’appels au 3919, la ligne téléphonique du service d’écoute des victimes de violences conjugales, a augmenté de 400% durant les périodes de confinement en 2020.


Face à ce chiffre, Aware a voulu proposer son propre violentomètre, un outil qui permet de détecter les signes précurseurs ou déjà présents de violence au sein des relations amoureuses.


Notre violentomètre est non seulement adapté aux périodes de confinement (passées ou à venir…), mais il est aussi plus inclusif, car le violentomètre officiel que propose l’Etat français ne s’adresse qu’aux femmes, alors que les hommes peuvent aussi êtres victimes de violences au sein d’un couple.


Mais nous ne nous arrêtons pas là ! Aware vous propose aussi un kit de survie qui contient de nombreux conseils pour faire face à des relations toxiques, voire dangereuses, et quelques numéros d’urgence à connaître.


Vous êtes confiné(e)s à distance et ça va mal ?


1. Confie tes ressentis à une personne de confiance extérieure au couple, il est important que ton ou ta partenaire ne soit pas ton seul interlocuteur ou ta seule interlocutrice.


2. Échange sur tes besoins de parler avec ton ou ta partenaire. Parfois nous ne vivons pas les choses de la même manière, et si l’un.e a davantage besoin de proximité, l’autre peut au contraire avoir besoin d’un peu de solitude, et ce n’est pas grave ! L’important, c’est de pouvoir exprimer son besoin, et d’être dans une logique de respect mutuel.


3. Idéalement mettez-vous d’accord sur des moments pendant lesquels vous êtes tous deux disposés à parler (un horaire dans la journée ou certains jours dans la semaine par exemple).


4. Sois d’abord clair(e) avec toi-même sur ce que tu veux ou ne veux pas envoyer, et n’hésite pas à être très ferme quant aux limites que tu fixes.


5. Il est important de pouvoir rassurer l’autre, et de se sentir rassuré(e) quant à la notion de fidélité lorsqu’on ne se voit plus. Discutez !


Vous êtes confiné(e)s ensemble et ça va mal ?


1. Te sens-tu plus enfermé(e), voire en danger ? Ne prends pas ton ressenti à la légère : si tu te sens en danger, n’hésite pas à chercher un autre endroit où te confiner (chez des amis, de la famille, ou tu peux contacter le 3919).


2. Si tu sens que les échanges deviennent stériles, ou même que le ton monte, n’hésite pas à dire à ton/ta partenaire que tu préfères aller faire un tour dehors (tu as le droit à 3 heures quotidiennes !) pour en reparler moins à vif à ton retour.


3. La répartition des tâches domestiques devient-elle plus inéquitable en ta défaveur ? Mets en place un calendrier écrit (affiché sur le frigo par exemple !) sur la répartition des tâches, et n’hésite pas à t’y référer en cas de manquement !


4. Ton/ta partenaire te met une pression pour que tu maintiennes un standing physique ? (Maquillage, poids, rasage, épilation, aspect général). Autant l’hygiène est très importante et ton/ta partenaire devrait pouvoir te dire un mot là-dessus car il s’agit aussi de respect de l’autre, mais l’apparence et le maintien d’une forme physique sont une autre histoire. Si ton/ta partenaire n’est pas prêt.e à te voir changer en ces circonstances particulières de COVID c’est que ce n’est pas la bonne personne.


5. Possèdes-tu encore une intimité ? Essayez de vous répartir l’espace, par exemple en utilisant la table de la cuisine comme bureau afin d’avoir des espaces séparés ! Et si vous êtes en studio, pourquoi ne pas s'aménager un petit coin personnel ?


6. T’a-t-on manipulé et/ou forcé à avoir des rapports durant le confinement ? Il ou elle te fait culpabiliser de ne pas en avoir ou de ne pas en vouloir ? Très important : sache que même en couple, ton corps t’appartient à toi seul.e. Ne fais rien sans prendre le temps d’interroger ton envie à faire les choses ou non. N’aie pas peur d’être catégorique sur ces points-là : si ton/ta partenaire ne respecte pas tes limites ou tes (non-)envies c’est qu’il ou elle n’a rien à faire avec toi !


LES SOLUTIONS SI TU TE SENS SEUL(E) OU EN DANGER

1/ FIL SANTE JEUNE est à ton écoute de manière anonyme et gratuite pour les 12-25 ans. De 9h à 23h, pour parler, pour te confier, sur tout sujet, au 0 800 235 236. Le site filsantejeunes.com est également riche !


2/ NIGHTLINE est disponible pour lutter contre le mal-être étudiant, et assure un accompagnement psychologique aux jeunes qui le demandent. C’est gratuit et c’est de 21h à 2h30 du matin, au 01.88.32.12.32


3/ Dr Monchablon est disponible à l’ESCP (son mail: dmonchablon@escp.eu), et les recours sont nombreux sur le site de ton école. Tu peux également nous contacter si tu as été victime d’un incident sexiste, discriminant, et que tu souhaites en parler. Pour nous contacter, clique ici!


Si tu es une femme victime d’agression en tout genre, un seul réflexe : 3919 !

134 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout